Not In Their Name

 

Ce matin, j’étais pour le moins étonnée de rencontrer quelques personnes visiblement musulmanes (bah oui, ça se voit, il suffit de demander à Nadine M.) qui n’arboraient pas de T-shirt « Je suis désolé » ou de pancarte « Pardon ». Il se pourrait donc qu’il reste des Français musulmans qui n’aient pas encore partagé sur Facebook la courageuse vidéo « Not in my name », écouté avec dévotion l’imam Chalghoumi hier dans le Journal de France 2 (« Un musulman en colère » comme s’en félicite David Pujadas) ou lu le sondage pourtant explicite du Figaro ? France, tu as raison de trembler !

photo (2)Excusez cette intro par l’absurde, mais franchement la tonalité des commentaires qu’on entend depuis ce matin me fatigue. Si le gouvernement depuis quelque temps utilise intentionnellement « Daesh » au lieu d’ « Etat Islamique » c’est bien pour signifier qu’aux yeux de la France, ce mouvement n’est ni un Etat, ni représentatif en aucune manière de l’Islam. C’est vrai pour une écrasante majorité des Français, alors pourquoi donner raison à la droite extrême de Myard et Estrosi ? Fidèles à leurs habitudes et à leurs lubies, ils prennent prétexte de l’assassinat odieux d’Hervé Gourdel pour dénoncer un ennemi intérieur qui ne partagerait pas la même civilisation. Ce sont eux qui, les premiers, ont appelé les musulmans à choisir leur camp ou à se démarquer de Daesh alors qu’il n’y avait aucune ambiguïté ! On n’est pas obligés de leur emboîter le pas, à coup de vidéos, hashtag et autres tribunes. Sinon quoi, un Musulman qui n’aura pas clairement au nom de sa religion condamné ce qui se passe sera considéré comme complice ?

Je ne demanderai jamais à mes amis musulmans de se désolidariser en privé ou publiquement d’Al Qaeda, Daesh ou autre. Je ne leur ferai pas l’insulte de prétendre que la religion qu’ils vivent ici comme ils l’entendent serait aussi celle de ces tarés, visiblement plus attirés par l’argent que par les préceptes du Prophète. Et quand bien même ceux-ci les intéresseraient, ils ont dû recevoir le mémoire détaillé de dignitaires religieux du monde entier, démontant point par point leur discours.

Et pour finir un dessin qui résume tout.

 

A lire chez les copains Elodie « l’Islamophobie, c’est maintenant » Jegoun « Odieuse presse » et Adrien « Daesh, ce n’est pas une histoire de religion ».

Partager ? Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Pin on Pinterest

Commentaire

Not In Their Name — Un commentaire